Rencontre avec mon enfant intérieur

par Ecchymoses  -  18 Décembre 2016, 21:13  -  #Reconstruction

Rencontre avec mon enfant intérieur
Rencontre avec mon enfant intérieur
Rencontre avec mon enfant intérieur
Rencontre avec mon enfant intérieur
Rencontre avec mon enfant intérieur

Je suis là devant cet ascenseur dans le hall de cet hôtel de luxe et cela fait déjà trois fois que les portes se sont ouvertes, m’ont attendue puis de guerre lasse se sont refermées pour répondre à un autre appel me promettant sans mot de revenir dès que possible. Je suis là devant cet ascenseur et la bombe qui avait explosé juste au-dessus de mon estomac commence à prendre toute la place de mes poumons projetant mon cœur jusqu’au cerveau et je suis là, incapable de lancer la première jambe qui va me permettre de marcher jusque dans l’ascenseur. Qu’est-ce que je désire ? Qu’est-ce que je crains si fort que me voilà tétanisée dans ce hall où pourtant rien de grave ne pourrait m’arriver ? Il est pourtant bien accueillant cet ascenseur tout de bois et de velours vêtu. Il me paraît confortable. Je pourrais m’y installer quelques temps. Lui demander de ne plus répondre à aucun appel. Etre là que pour moi bienveillant. Le temps, oui juste le temps d’un instant, qui pourrait me sembler une éternité de chaleur et de protection. Je suis là devant cet ascenseur. Encore une fois les portes s’ouvrent. Une enfant, très jeune, aux cheveux blancs, vêtue d’un simple pantalon de toile et d’un léger T-shirt est assise, les jambes recroquevillée et la tête posant sur les genoux. Elle ne bouge pas. Nos regards se croisent. J’ai comme un sentiment de la reconnaître et pourtant j’en mettrais ma main au feu : jamais je ne l’ai rencontrée… L’ascenseur ne referme pas ses portes et pourtant cela fait déjà 8 minutes que nous sommes là, la petite fille et moi, à nous regarder sans ciller. Je suis consciente des nombreux appels qui auraient dû casser cette rencontre et en même temps pleinement consciente de tout ce qui se passe en moi dans le regard de cette fillette.

- Bonjour…

- Ah ! Enfin tu me reconnais…

- Euh….non, c’est juste que j’ai envie de te souhaiter un bon jour et aussi de me dégager de cette situation embarrassante. Toutes les personnes qui doivent prendre les escaliers, me lancent des regards noirs quand ils découvrent que c’est juste moi qui suis la responsable de la panne d’ascenseur.

- Ah ! J’aurais aimé que tu me reconnaisses.

- Je suis certaine de ne jamais t’avoir vue. Cela fait 37 ans que je suis institutrice. Des enfants j’en ai vu des centaines, ou peut-être même un millier. Je ne me souviens plus de tous leurs noms mais j’ai la mémoire des visages et des énergies. Et toi, je suis certaine de ne jamais t’avoir eue comme élève.

- C’est vrai !

- Si tu désires tant que je te reconnaisse, c’est que nous avons quand même eu un lien fort ou régulier ?

- Oui !

- Donne-moi un indice….Je ne vois vraiment pas.

- Afrique…

- Ouh là là…Ca remonte loin… J’étais enfant à cette époque-là ! Et j‘ai si peu de souvenir de cette époque…Juste quelques souvenirs de lieux, d’événements, d’émotions…qui me reviennent au fur et à mesure que mon chemin m’emmène dans des aventures à la rencontre de mon passé.

- Justement !

- Justement quoi ? Je suis ici devant un ascenseur dans le hall de cet hôtel de vacances et je devrais aller rencontrer l’homme qui m’attend, depuis longtemps déjà….je ne suis pas en séance d’osthéopatie, d’hypnose, de rebirth, de psychothérapie, de somatothérapie, …Juste en attente de prendre cet ascenseur et en conscience de cette boule qui m’enserre la poitrine.

- Ouh là là …C’est quoi tous ces trucs ? Ca sert à quoi ?

- Ca sert à me reconnecter avec l’enfant que j’étais et qui n’a pas toujours eu une vie facile. Ca sert à le rassurer cet enfant avec tout ce que je sais de ma vie aujourd’hui…lui expliquer que c’est un chemin, que ce chemin est semé d’embûche mais qu’il m’a permis d’être la femme que je suis aujourd’hui avec cette force d’empathie qui lui vient justement de tout ce que l’enfant a vécu et que la femme a pu apaiser….

La petite fille dans l’ascenseur s’est mise debout, et sans que je m’y attende a couru se blottir dans mes bras. C’est à ce moment que je l’ai reconnue…Nos deux corps ont fusionné et nos énergies ont explosé le hall de l’hôtel dans un souffle atomique…

- J’avais besoin d’être rassurée. Nous sommes venues ici en Egypte avec maman. Et papa n’est pas là. Je ne sais pas pourquoi…Maman ne veut rien nous expliquer ou alors elle nous dit : « Il est en quarantaine »…C’est quoi être en quarantaine et puis pourquoi ??? Est-ce qu’il est malade ? Est-ce que c’est grave ? Est-ce qu’il va mourir ? Personne ne répond à mes questions. On me traite comme un bébé mais tout le monde me regarde d’un air bizarre. Nous dormons chez un ami de maman, …. aujourd’hui ils nous ont emmenées ma sœur et moi dans cet hôtel de luxe avec une magnifique piscine pour que nous puissions nous amuser…et eux ils sont partis pour l’après-midi, je ne sais pas où….je me sens abandonnée…J’aimerais que papa soit là….

- Cet ascenseur avec tout son bois et son velours rouge tout doux a l’air vraiment rassurant.

- Oui. Je m’y suis enfermée et j’ai cassé le bouton d’alarme alors je me suis retrouvée coincée dedans. J’entends des voix dans le parlophone mais je ne les écoute pas. Ce sont des étrangers…Ils me disent de ne pas avoir peur, qu’ils vont bientôt arriver mais je voudrais juste que ce soit mon papa qui vienne.

- Et alors c’est comme si l’ascenseur était devenu une machine à monter dans le temps….Aujourd’hui, nous sommes en juin 2016…et tu vois tu es toujours vivante ….j’en suis la preuve…Je peux te le dire aujourd’hui parce que maman me l’a dit il n’y a pas longtemps. A ton époque, elle était malheureuse avec papa et elle avait rencontré un autre homme, un Egyptien, Mahmout.

- Oui, c’est chez lui que nous vivons pour le moment.

- Elle ne m’a pas expliqué pourquoi cette histoire n’a pas continué mais elle va bientôt retrouver papa et ils vont vivre ensemble jusqu’à la mort de papa….dans longtemps pour toi…Il y a longtemps pour moi.

- Alors, je peux juste aller jouer dans la piscine et attendre que nous retournions près de papa ???

- Oui tu peux…Amuse-toi bien…Je sais comme tu aimes te sentir comme un poisson quand tu es dans l’eau : libre, sans limite, en apesanteur…..Maintenant que je suis adulte, cela m’arrive de visualiser cet état quand je ne me sens pas bien…Cela me permet de retrouver des forces quand je suis fatiguée, cela me permet de me rassurer quand je suis triste ou que j’ai peur….Alors prends beaucoup de cette force aujourd’hui ….Le chemin sera long…mais tu vois…tu t’en sortiras…

Sans plus un mot, nous sommes restées dans les bras l’une de l’autre une éternité d’instants chauds et limpides… Tout à coup une alarme stridente siffla comme un appel à nos âmes….L’enfant rejoignit calmement l’ascenseur. Les portes se refermèrent sur l’image d’une petite fille aux cheveux blancs, debout, les yeux rieurs et reconnaissants…. Je suis là devant cet ascenseur dans le hall de cet hôtel de vacances. L’explosion s’est évaporée. Drôle de bombe, au lieu de faire des dégâts, elle a enveloppé mon âme d’une énergie nouvelle qui donne à mon corps souplesse et douceur lorsque je le mets en mouvement pour passer les portes qui se sont ouvertes une nouvelle fois devant moi : « Allo, mon Amour ! J’arrive....J’ai été retardée par mon enfant intérieur. Je t’aime. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :